Il était une fois le crédit…

Le sens étymologique de crédit est la confiance accordée à autrui. Il s’agit du participe passé latin de credere (croire).

Il était une fois le crédit...

Le sens étymologique de crédit est la confiance accordée à autrui. Il s’agit du participe passé latin de credere (croire).


Le crédit réunit diverses activités de prêt d’argent, que ce soit sous la forme de contrats de prêts bancaires (prêts personnels, prêts hypothécaires…), ou de délais de paiement d’un fournisseur à un client.

Quelque soit le crédit, il est généralement porteur d’un intérêt que doit payer le débiteur (le bénéficiaire du crédit, appelé aussi l’emprunteur) au créditeur (celui qui accorde le crédit, appelé aussi le prêteur)

Les principes du crédit remontent à l’Antiquité. Ils se trouvent au début du « Code d’Hammourabi - 1780 avant J.C. ». Ce code comprend, outre une série de pratiques judiciaires, les activités économiques dont quelque 150 normes consacrées au crédit.

Entre le 10ème et le 13ème siècle les Lombards ont introduit la lettera di pagamento (lettre de change → = reconnaissance de dettes à payer au créancier à une date convenue, par le débiteur lui-même ou par l’entremise d’un banquier).

Dès la Renaissance, l’Eglise a permis le développement du système bancaire par l’acceptation du prêt à intérêts. On voit aussi naître à cette époque le marché obligataire. Ainsi, entre le 15ème et le 16ème siècle, pour financer les guerres (italiennes) il est fait appel à une partie du patrimoine de citoyens fortunés en échange d’intérêts.

A suivre...


Attention, emprunter de l’argent coûte aussi de l’argent.

Febelfin

Nos conseillers sont certifiés
par la Febelfin Academy
www.febelfin-academy.be
info@febelfin.be

fsma

Credilis est agrée par la FSMA
www.fsma.be
consommateurs@fsma.be

SPF économie

Autorité de surveillance SPF Economie
www.economie.fgov.be
info.eco@economie.fgov.be